Outil protecteur

Prendre soin de l’utilisateur·ice.

Certaines interfaces utilisent les biais cognitifs des utilisateur·ice·s afin de les retenir ou de leur faire choisir certaines options contre leur gré. À l’inverse un outil protecteur prend soin des personnes et les aide à faire leurs choix de manière éclairée.

Existe-t-il :

  • des options présélectionnées ?
  • des informations dissimulées, difficilement repérables ?
  • des astuces amenant de façon subtile à cliquer ou acheter sans que cela soit souhaité au départ?

Aller plus loin

Les darks patterns ou interfaces truquées, désignent des interface utilisateurs qui ont été soigneusement conçues pour tromper ou manipuler un utilisateur. Ces choix graphiques peuvent aussi être décrits comme des éléments mis en place pour solliciter plus longtemps l’utilisateur et faire en sorte que celui-ci reste sur un service à l’aide de biais cognitifs. Existe il

  • des options présélectionnées ?
  • des informations dissimulées pour être difficilement repérables ?
  • des astuces amenant de façon subtile l’utilisateur à souscrire un abonnement sans qu’il l’ait souhaité ?

Le Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL a publié en janvier 2019 une étude sur les dark pattern dans son Cahier IP n°6 : La Forme des Choix. Il y est notamment affirmé que « ces pratiques peuvent pour certaines rester conformes du point de vue du RGPD, mais selon le moment, la manière et les données concernées, elles peuvent soit poser des questions éthiques, soit devenir non conformes »La CNIL identifie alors quatre objectifs aux dark pattern :

  • « Pousser l’individu à partager plus que ce qui est strictement nécessaire »
  • « Influencer le consentement »
  • « Créer de la friction aux actions de protection des données »
  • « Dérouter l’individu »

Ce qu’il faut retenir : Privilégiez un numérique qui défend les libertés, protège la vie privée, favorise la confiance et économise l’attention, plutôt que de créer de l’addiction et de l’infobésité.

Ressources complémentaires